adouber


adouber

adouber [ adube ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1080; frq. °dubban « frapper », parce que le futur chevalier recevait de son parrain un coup sur la nuque
1Armer chevalier par la cérémonie de l'adoubement. « Quand Bayard adoube François Ier, Tristan et Perceval sont morts » (Malraux).
2Par ext. (1752; du sens de « équiper, arranger », en a. fr.) Absolt Aux échecs, Remettre en place une pièce déplacée par accident, ou déplacer provisoirement une pièce, sans jouer le coup. J'adoube, formule employée pour avertir le partenaire que le coup n'est pas joué.

adouber verbe transitif (francique dubban, frapper) Armer un chevalier au cours de l'adoubement. Aux échecs, aux dames, etc., bouger une pièce en se réservant le droit de faire marche arrière.

adouber
v. tr.
d1./d HIST Au Moyen âge, armer chevalier.
d2./d Aux échecs, aux dames, jouer une pièce à l'essai.

⇒ADOUBER, verbe trans.
A.— HIST. FÉOD. Armer quelqu'un chevalier :
1. Le soin d'armer l'adolescent n'avait pu appartenir, originellement, qu'à un chevalier déjà confirmé dans ce titre (...) Mais il arrivait aussi qu'on le confiât à un prélat. Dès 846, le pape Serge avait passé le baudrier au Carolingien Louis II. De même, Guillaume le Conquérant fit plus tard adouber un de ses fils, par l'archevêque de Canterbury...
M. BLOCH, La Société féodale, Paris, Albin Michel, t. 2, 1940, p. 51.
B.— P. ext., vieilli. Équiper, arranger.
1. Emploi trans., MAR. Réparer (un navire) (d'apr. JAL 1848).
Rem. On dit mieux radouber, plus souvent attesté que adouber dans les dict. de mar. contemp.
2. Emploi abs., JEUX (échecs) :
2. Toucher au trictrac et aux échecs, une pièce seulement pour l'arranger et non pour la jouer. Il n'est guère usité qu'au présent j'adoube.
C.-M. GATTEL, Nouveau dict. portatif de la langue française, 1797.
3. Adouber :Toucher une pièce amie ou ennemie, non pas dans l'intention de la jouer ou de la prendre, mais seulement pour la mettre correctement en place. Pour éviter tout malentendu, on énonce cette intention en disant avant de toucher la pièce « j'adoube » (expression française qui s'est transmise dans toutes les langues et chez tous les peuples).
X. TARTAKOVER, Bréviaire des échecs, 1936, p. 48.
Rem. Encyclop. t. 1 1751 cite ce terme sous la forme adoubler non rencontrée ailleurs.
3. Régionalisme
a) ART CULIN. :
4. Adouber. Mettre du beurre ou du lard dans la soupe.
C. ROULEAU, Essai de folklore de la Sologne bourbonnaise, 1935, p. 42.
Rem. FEW signale cet emploi également dans de nombreuses régions du sud de la Loire, dans le Béarn et aussi dans certaines régions du sud-est (Nice, Aix, ...).
b) MÉDECINE :
5. Adouber... Lg. — Remettre un membre cassé ou démis, réduire une fracture, une luxation. Syn. de Raccommoder.
VERR.-ON. t. 1 1908, p. 16.
c) TEXTILE :
6. Adouber (Thn.), v. a. et n. — Étirer un brin de fil pour faire disparaître un maton. Syn. de Éneiller.
VERR.-ON. t. 1 1908, p. 16
Rem. gén. 1. Malgré la diversité des domaines dialectaux où il est fait usage de adouber, on y trouve toujours le sens de accommoder, raccommoder, mettre en état. 2. Attesté ds Mots rares 1965, ce mot, comme tout arch., peut être employé de nos jours de façon iron. ou fam. pour exprimer l'action de se préparer, de s'apprêter (cf. aussi LA CHÂTRE t. 1 1865, p. 101).
Prononc. — 1. Forme phon. :[adube], j'adoube []. 2. Dér. et composés : adoubement, adoubeur (arch., cf. Ac. Compl. 1842), radouber (cf. ROB.) — Rem. Le mot est signalé comme arch. dès Ac. Compl. 1842.
Étymol. ET HIST. — 1. 1100 « équiper, armer (un homme de guerre) » (Roland, éd. Bédier, 1797 : adubent lor cors D'osbercs e de helmes); 2. id. « préparer (des armes) » (Ibid., 713 : escuz as cols e lances adubees); XIIe s. « orner, rehausser » (une arme) (Pèler. de Charlemagne, éd. Koschwitz, 458 ds T.-L. : s'espee al poign d'or adobet); 3. av. 1150 « armer chevalier » (Charroi de Nismes, éd. Jonckbloet, 25 ds T.-L. : Chevalier furent de novel adoubé), fréq. au XIIe s.
Prob. de l'a. b. frq. dubban, que Brüch (Z. fr. Spr. lit., XLIX, p. 290 et J. BRÜCH, Einfluss der germ. Sprachen auf das Vulgärlatein, 1913, pp. 37-38) déduit de l'a. fris. dubba « frapper » (WIARDA, Gesch. der ausgestorbenen altfries. Sprache, p. 94 ds J. BRÜCH, Einfluss der germ. Sprachen auf das Vulgärlatein, 1913), cf. fris. oriental dubben « frapper », m. néerl. dubben « secouer »), peut-être à rattacher à l'i.-e. dheubh-, dhubh « frapper », IEW, p. 268. Attesté d'abord en fr. comme terme milit. et spécialisé comme terme de chevalerie (on frappait le futur chevalier du plat de l'épée); empr. comme tel par l'a. nord. dubba « armer chevalier, préparer » (DE VRIES Anord. 1962), l'a. angl. dubban « id. » (NED dep. 1085, s.v. dub). Le fait qu'il s'agit d'un terme de chevalerie rend improbable l'hyp. d'un empr. du fr. à l'angl. sax. dubban, a. nord. dubba « frapper » (DIEZ5; BERGER, Lehnwörter, p. 315; HOPFGARTEN, Altfrz. Wörter., p. 34) et celle d'un empr. de l'a. nord. à l'ags. (FALK-TORP 1960 s.v. Andøve). L'aire géogr. des formes germ. suggère une orig. « ingwaeone ». Fr. empr. comme terme féod. par prov., ital., esp., cat., port. Du sens « armer chevalier » est issu celui de « préparer », terme gén. et terme techn. — GAM. Rom2. t. 1, 1970, pp. 289-290 et p. 337.
BBG. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BERGER (H.). Die Lehnwörter in der französischen Sprache ältester Zeit. Leipzig, 1899, p. 315. — BOISS.8. — BRØNDAL (V.). Et Ridderord i Oldnordisk. In :[Mélanges Jønsson (F.)]. København, 1928, pp. 365-376. — BRÜCH (J.). Bemerkungen zum französischen etymologischen Wörterbuch E. Gamillschegs. Z. fr. Spr. Lit. 1927, t. 49, p. 290. — BRÜCH (J.). Der Einfluss der germanischen Sprachen auf das Vulgärlatein. Heidelberg, 1913, pp. 37-38. — DUPIN-LAB. 1846. — HOPFGARTEN (Gerhard). Der Untergang altfranzösischer Wörter germanischer Herkunft. 1926, pp. 34-40. — JAL 1848. — Mots rares 1965. — PRÉV. 1755.

adouber [adube] v. tr.
ÉTYM. 1080; probablt du francique dubban « frapper », parce que le futur chevalier recevait de son parrain un coup sur la nuque.
1 Armer (qqn) chevalier, au moyen âge, en le frappant du plat de l'épée; préparer, revêtir d'armes pour la cérémonie de l'adoubement. || Se faire adouber par son suzerain.
0 Quand Bayard adoube François Ier, Tristan et Perceval sont morts. L'imaginaire des foules chrétiennes tombe en poudre, Don Quichotte y effacera le roi Artur.
Malraux, l'Homme précaire et la Littérature, p. 57.
2 Vx (évolution de sens par « équiper », « préparer »). Arranger, préparer.
Mar. Réparer (remplacé par radouber).
3 (1752). Par ext. Remettre en place une pièce déplacée par accident, aux échecs. || J'adoube, formule par laquelle on avertit l'adversaire que le déplacement que l'on opère n'est pas un coup, mais la remise en place d'une pièce dérangée accidentellement (parfois employé abusivt dans les parties d'amateurs pour avertir que l'on déplace une pièce provisoirement, sans jouer le coup).
——————
adoubé, ée p. p. adj.
|| Chevalier fraîchement adoubé.
N. m. || L'adoubeur (cit.) et l'adoubé.
DÉR. Adoubement, adoubeur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • adouber — ADOUBER, v. n. qui ne s emploie qu absolument, et qui n est guère d usage qu au Trictrac et aux Echecs, dans cette phrase, J adoube, par laquelle on marque qu on ne touche une pièce que pour l arranger, et non pour la jouer. f♛/b] Il se dit aussi …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • adouber — Adouber, voyez Addouber …   Thresor de la langue françoyse

  • adouber — ADOUBER. verbe actif. Accommoder. Il ne se dit guere qu au jeu du Tric trac & des Eschecs, J adoube, Pour faire entendre qu on touche une piece sans avoir dessein de la joüer, mais seulement pour la ranger …   Dictionnaire de l'Académie française

  • adouber — (a dou bé) v. n. 1°   N est guère usité qu au trictrac et aux échecs, quand on dit j adoube, indiquant qu on touche un pion pour l arranger, non pour le jouer. 2°   Terme de marine. Réparer, raccommoder. HISTORIQUE    XIe s. •   Escuz au col et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Adouber — Adoubement  Pour l’article homonyme, voir Adouber (jeu d échecs).  Jean II adoubant des chevaliers, enluminure des XIVe / …   Wikipédia en Français

  • ADOUBER — v. tr. Arranger. Il a vieilli. Il signifie, en termes de Marine, Réparer, raccommoder. Adouber une voile. En termes de jeu de Trictrac et de jeu d’échecs, il sert à indiquer qu’on touche une pièce non pour la jouer, mais pour l’arranger. Alors il …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ADOUBER — v. n. Il n est guère usité qu au Trictrac et aux Échecs, dans cette locution, J adoube, par laquelle on indique qu on touche une pièce pour l arranger, non pour la jouer …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Adouber (jeu d'echecs) — Adouber (jeu d échecs) Au jeu d échecs, un joueur qui veut replacer une pièce mal positionnée sur l échiquier, doit le signaler à son adversaire en disant au préalable « J adoube » ou « I adjust »[1],[2], le joueur ayant le… …   Wikipédia en Français

  • Adouber (jeu d'échecs) — Au jeu d échecs, un joueur qui veut replacer une pièce mal positionnée sur l échiquier, doit le signaler à son adversaire en disant au préalable « J adoube » ou « I adjust »[1],[2], le joueur ayant le trait peut rectifier la… …   Wikipédia en Français

  • Adouber (échecs) — Au jeu d échecs, un joueur qui veut replacer une pièce mal positionnée sur l échiquier, doit le signaler à son adversaire en disant au préalable « J adoube » ou en anglais « I adjust »[1],[2], le joueur ayant le trait peut… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.